Calendrier Nouvelles BLOG
entete

Les vaccins les plus importants pour les chats

Pour le bien-être de votre chat et une croissance sans encombre, ne lésinez surtout pas sur sa vaccination. Si vous êtes novice dans le domaine, nous vous indiquons les vaccins indispensables pour lui assurer une santé de fer.

I. Le vaccin PRC
Il est désormais possible de prévenir les trois maladies contagieuses qui menacent le plus nos chats en un seul vaccin. Le vaccin PRC est obligatoire et prémunit votre chat contre la panleucopénie (typhus), la rhinotrachéite et la calicivirus. Il est généralement administré au chaton à partir de 6 semaines, suivi de rappels de vaccin, échelonnés selon l’âge.

Quelles sont ces trois maladies ?

La panleucopénie
C’est une infection virale qui affecte surtout les chatons (et les chats adultes non vaccinés) et se manifeste par une diarrhée nauséabonde, des vomissements, une forte fièvre et une déshydratation, voire une anorexie. Dès que le diagnostic est posé, il faudra – en plus du traitement médical- désinfecter soigneusement l’environnement de votre chat pour éviter les risques de contamination, étant donné que le parvovirus peut y survivre jusqu’à un an !

La rhinotrachéite
Il s’agit d’une maladie du système respiratoire causé par un virus de la famille des virus herpès, dont les symptômes sont quasiment identiques à ceux d’un rhume chez l’humain. Consultez rapidement un vétérinaire si votre chat semble éternuer/tousser fréquemment, saliver abondamment et présenter des sécrétions nasales inhabituelles. La rhinotrachéite s’accompagne aussi d’anorexie, de conjonctivite et de fièvre.

Le calicivirus
C’est aussi une infection respiratoire hautement contagieuse qui se distingue de la précédente par des ulcères sur les coussinets, le nez ou la bouche, en plus des symptômes cités plus haut. Le virus responsable est beaucoup plus résistant et peut subsister plusieurs mois/années dans le corps du chat, même s’il est « guéri ». Les risques de transmission restent donc conséquents plusieurs mois après le traitement. Il va de soi qu’une désinfection minutieuse de l’environnement de votre chat est vivement recommandée.

II. Le vaccin contre la leucémie féline (FeLV)
Autre vaccin primordial, il prévient une maladie virale particulièrement insidieuse qui s’observe surtout chez les chats d’extérieur et se transmet principalement par la salive ou par le placenta et le lait de la mère. En adoptant un chat, prenez soin de le vacciner contre la leucémie FeLV (rappel de vaccin le mois suivant puis tous les deux ans), surtout si vous comptez le laisser sortir régulièrement.

Quid des symptômes
Les signes cliniques peuvent prendre plusieurs mois, voire des années à apparaître. D’où l’intérêt de consulter un vétérinaire pour déceler les premières indications de malaises au travers de contrôles annuels. Les symptômes pouvant varier d’un individu à un autre, il est difficile de les déterminer avec certitude. Toutefois, si votre vétérinaire le juge nécessaire, il pourra vous recommander un test de dépistage sanguin.

Pas de traitement efficace à ce jour
En cas de test positif à la leucémie féline, il n’existe malheureusement pas encore de traitement curatif. Le mieux que les vétérinaires peuvent faire est de prolonger l’espérance de vie du chat malade grâce à des soins de support. La vaccination s’impose donc obligatoire. Pensez également à faire des analyses sanguines dès la naissance pour écarter tout risque, surtout si vous avez plusieurs chats à la maison.

III. Le vaccin contre la rage
Peu de gens se doutent que les chats aussi peuvent contracter la rage et pourtant cette maladie peut se transmettre d’un animal à un autre, et même à l’homme. Il s’agit d’une pathologie du système nerveux central entraînant une encéphalite progressive mortelle.

Bon à savoir :

  • Étant une zoonose (transmissible à l’homme), un cas de rage est à déclarer obligatoirement aux autorités ;
  • La rage se transmet par essentiellement la salive et son incubation dure entre 2 et 12 semaines. Ses symptômes sont assez difficiles à évaluer : changements dans le comportement, la démarche, la voix et le regard ;
  • Un chat pourrait être contaminé par la morsure ou une égratignure d’un autre animal atteint. Les animaux fréquemment porteurs du virus sont les ratons laveurs, chauve-souris, renards et les moufettes.

Pour le bien de votre boule de poils et vous évitez des moments stressants, veillez à ce qu’il reçoive les vaccins et les soins nécessaires à temps pour une efficacité optimale.

 

Vous avez un événement à annoncer ou simplement une question
info@bonjourmontreal.com